La phytothérapie

La phytothérapie

Les plantes plutôt que la chimie !

  • Près d’un Français sur deux affirme avoir recours à la phytothérapie pour se soigner. Poudres, tisanes, gélules, élixirs ont pris une place non négligeable dans les pharmacies, à l’heure où les effets indésirables sont de plus en plus pointés du doigt. Là où certains prônent un retour à la nature, d’autres optent plutôt pour une approche complémentaire avec la médecine allopathique. À chacun de choisir…

    Quelques chiffres pour mieux comprendre

    83% des pharmaciens remarquent une demande plus importante en pharmacie pour les médecines naturelles et 88 % des officines en France ont, aujourd’hui, un rayon dédié aux médecines naturelles.

    L’évolution en achats consommateurs de 2011 à 2014 a progressé de 6 % en volume avec une évolution moyenne annuelle de + 2 % sur le marché officinal.

    63% des français disent avoir confiance dans la phytothérapie et 45% y ont recours.

    43% des français qui ont régulièrement recours à la phytothérapie et à l’homéopathie le font en prévention. Ils sont 35% à les utiliser « en complément de la médecine classique ».

    28% leur donnent la priorité devant la médecine classique.

    Rencontre avec Isabelle Cétou, médecin spécialisé en neurologie.
  • Laure : Bonjour Isabelle, tu es neurologue de formation, pourquoi en tant que médecin spécialisé, t’intéresses-tu aux compléments alimentaires et à la phytothérapie dans l’offre AKEO ?

    Isabelle : Il y a 5 ans, lorsque j’ai fait un épuisement professionnel, j’ai voulu donner une autre direction à ma pratique médicale. J’’ai observé et pris conscience que la médecine traditionnelle dite « allopathique » ne répondait plus à tous les besoins des personnes, n’était pas véritablement concentrée sur la prévention, et également, elle pouvait donner, sur du long terme, des effets secondaires qui, à mon sens, ne sont pas acceptables, surtout s’il y a la possibilité de faire autrement. J’ai donc entrepris de me former à nouveau, auprès de naturopathes, de praticiens en médecine chinoise, de nutritionnistes « modernes » - j’entends par là, non influencés par l’industrie agroalimentaire et pharmaceutique - et j’ai découvert une autre façon de se protéger de notre mode de vie, de mieux appréhender les tracas relatifs à la vie quotidienne et d’aider notre corps dans son pouvoir d’auto-guérison. L’alimentation, les compléments alimentaires et les plantes peuvent être des alliés très précieux pour cela.

    Qu’est ce qu’un complément alimentaire, quel est le lien entre la phytothérapie, les vitamines et les minéraux ?

    Par définition les compléments alimentaires sont des « denrées alimentaires, dont le but est de compléter un régime alimentaire normal et qui constituent une source concentrée de nutriments ou d’autres substances (...), commercialisées sous forme de doses (...). C’est une source concentrée de vitamines, minéraux, plantes et/ou autres substances (glucosamine, lutéine, fibres...) ». Par ailleurs, les usages traditionnels des plantes montrent qu’elles contribuent au bon équilibre de l’organisme. Les plantes sont donc utilisées dans les compléments alimentaires pour agir sur de nombreuses fonctions physiologiques : digestion, confort articulaire, fonctions cognitives, équilibre émotionnel, etc. Il est possible de les associer entre elles ou à des vitamines, des éléments minéraux ou d’autres substances (gelée royale, propolis...) pour renforcer leur efficacité ou profiter d’une synergie vertueuse.

    Pourquoi est-ce devenu une nécessité, aujourd’hui, de consommer des compléments alimentaires ?

    Pour plusieurs raisons… La première est que notre alimentation actuelle ne nous apporte plus en dose correcte les nutriments dont notre corps a besoin. Les causes sont multiples : les sols se sont appauvris avec la monoculture, l’utilisation des engrais et pesticides, et même pour quelqu’un qui fait pousser ses légumes dans son jardin ou qui n’achète que du Bio, les nutriments vont manquer en quantité et parfois en qualité. Notre alimentation est de plus en plus industrialisée avec des produits transformés, voire génétiquement modifiés. Le résultat ? Nous consommons beaucoup trop de sucres, pas assez de nutriments essentiels et notre tube digestif, qui n’a pas évolué de façon aussi radicale et qui est le premier à souffrir de la « malbouffe », ne peut plus absorber correctement les nutriments. Beaucoup de spécialistes confirment notre carence en éléments aussi « basiques » que la Vitamine C, le magnésium, les omégas 3, la Vitamine D et bien d’autres…

    Et tu penses que la santé va passer par cette prise de conscience ?

    Tout à fait, la prévention est un vrai sujet de santé publique. On voit de plus en plus de jeunes enfants avec des problèmes de santé qui existaient moins il y a 30 ans. Je pense notamment aux allergies. Les adultes veulent se protéger des maladies dites de civilisation et les séniors veulent rester en forme plus longtemps. Je crois que les gens autour de nous aspirent à vivre mieux, en meilleure santé, mais ils ne savent pas toujours comment faire. Ils sont un peu perdus entre le Bio, pas Bio, naturel, plantes bénéfiques ou pas… Et pourtant, il y a une vraie volonté sociale en marche qui souhaite changer, se prendre en charge, mieux consommer, sans doute moins mais de manière plus qualitative.

    Qu’appelles-tu une maladie de civilisation ?

    Dans l’évolution de la médecine, les grandes maladies infectieuses du 19ème siècle ont été éradiquées grâce à l’hygiène mise en œuvre dans le cadre de nos conditions actuelles de vie. Mais ces mêmes modes de vie ont suscité, entre autres, l’explosion des pathologies cardio-vasculaires, des cancers, du surpoids, de la fatigue chronique et des maladies dégénératives.

    Quel est notre rôle alors en tant que Conseiller AKEO ?

    L’écoute et le conseil bien évidemment, le suivi ensuite ! Nous connaissons nos Clients, nous sommes déjà à leur écoute, ils ont confiance en nous et AKEO met à notre disposition des outils qui permettent de donner des conseils pertinents et adaptés aux besoins.

    Que penses-tu de notre gamme Form’Vital ?

    En tant que médecin, j’ai, bien entendu, regardé ce que proposaient d’autres laboratoires et je suis très régulièrement sollicitée par nos Associés pour différentes demandes telles qu’un produit soit disant moins cher ou plus complet… La première chose à comprendre est que le « pas cher » n’existe pas en matière de phytothérapie. A partir du moment où le producteur cultive et prélève des fleurs, des racines, des feuilles sur une plante qui pousse, parfois, dans des conditions difficiles (je pense par exemple à l’Harpagophytum, au Ginseng, à la Rhodiole qui poussent sur des terres arides et dans des conditions climatiques difficiles), ou dans des conditions écologiques et biologiques (désherbage à la main, sans pesticides ni engrais, cueillette non mécanisée...), et bien, cela représente un coût ! Il y a un juste prix des plantes et des nutriments. Par déduction, lorsqu’un produit n’est pas cher semble-t-il, il y a forcément un dosage qui n’est pas correct. Cela, je le vérifie très régulièrement. Il faut également se méfier des formules qui contiennent beaucoup de composés car souvent, tous les composés ne sont pas à des doses appropriées pour obtenir un vrai effet. Si la problématique est bien ciblée, nous n’avons pas besoin de rentrer dans une surconsommation, Il faut juste le bon produit, au bon moment ! AKEO, à travers sa sélection de fabricants et formules, nous propose des produits parfaitement bien dosés, avec des posologies claires et simples. Je vous donne l’exemple de certains autres laboratoires qui peuvent proposer des posologies de 1 à 3 ou 2 à 6 gélules ou autres par jour… Les gens sont perdus, ne savent pas exactement ce qu’ils doivent prendre et le pire, risquent de ne pas avoir l’effet attendu et d’être déçus, simplement parce que la posologie n’était pas la bonne.

    Que dis-tu à un Conseiller qui a peur de « faire une bêtise », de se tromper dans l’offre proposée ?

    Je suis rassurante… Il ne s’agit pas, bien sûr, de jouer aux apprentis-sorciers en promettant à son Client qu’il va pouvoir arrêter tous ses médicaments ! Ce serait une grave erreur. Nous pouvons avoir une démarche simplifiée, grâce à l’utilisation du Questionnaire BienEtre (en téléchargement sur notre Espace Conseiller) que l’on peut faire remplir en Clientèle. Ensuite, il suffit de se laisser guider par le tableau Suggestions produits et sans oublier les Programmes saisonniers qui sont vraiment très bien faits. Si les Clients ont des pathologies importantes ou prennent des médicaments, je propose d’imprimer la Fiche produit disponible également sur le site et de la donner à notre Client afin qu’il demande l’avis de son médecin traitant ou spécialiste. Il y a de plus en plus de médecins qui se sont informés sur ces compléments et qui encouragent leurs patients à les utiliser. Allopathie et phytothérapie ne sont pas incompatibles.

    As-tu des produits préférés ?

    Oui, bien sûr ! J’ai plutôt des plantes et épices préférées : la Rhodiole (dans Serénine) excellente pour le stress « environnemental » et les épuisements professionnels, le Curcuma en prévention de tout ! Les jus de Grenade et Noni très puissants antioxydants et Visio+, un produit positionné pour la protection des yeux mais qui est une excellente combinaison de nutriments antioxydants.

    Qu’est ce qu’un nutriment antioxydant ?

    Les antioxydants sont des molécules naturellement présentes dans de nombreux aliments et qui ont une fonction de capteurs de radicaux libres. Ces radicaux libres sont des déchets cellulaires qui endommagent les composants de la cellule et sont responsables de son vieillissement et de nombreuses maladies. Les antioxydants sont des boucliers naturels pour l’organisme : ils permettent ainsi de faire baisser le taux de cholestérol, de prévenir les maladies cardio-vasculaires, les cancers ou de protéger les yeux. Les principaux sont les vitamines A, C, E, le sélénium, le zinc, le curcuma, le thé vert, les polyphénols...

    A minima, que proposerais-tu à quelqu’un qui va bien et qui veut préserver sa santé sans problématique particulière ?

    Je pense que les nutriments indispensables, dont 80 % de la population manque, sont - et j’ai presqu’envie de rajouter tout simplement - la Vitamine D (l’hiver), la Vitamine C, le Magnésium et les Oméga3. Certains nutritionnistes conseillent de les prendre en continu, d’autres en cures très régulières... Ensuite, en fonction des saisons, de son mode de vie, des facteurs de risques que l’on a, on peut y associer d’autres plantes ou compléments alimentaires comme le curcuma, par exemple.

    Merci Isabelle pour toutes ces précisions concernant notre approche et gamme Form’Vital. Vois-tu autre chose qui pourrait être intéressant pour nos Conseillers ?

    Oui, nous n’avons pas abordé la question de l’alimentation dite « anti-inflammatoire », de l’équilibre acido-basique. L’alimentation est aussi un élément fondamental pour conserver une bonne santé et une bonne vitalité. Hippocrate l’écrivait déjà il y a 400 ans avant JC : « Que ta nourriture soit ta médecine », ce sera peut-être l’objet d’un autre article ?

    Pourquoi pas ! Nous parlerons à cette occasion d’une autre gamme tout aussi intéressante pour le Bien-être et la Forme. L’ALIMENTATION INTELLIGENTE ! Merci infiniment Isabelle pour ce temps accordé et tous tes conseils avisés.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies utilisés pour vous faciliter la navigation sur notre site. Accepter et masquer ce bandeau.

Pour en savoir plus sur la gestion des cookies, cliquez ici.